COVID-19 : digixo continue d'assurer la livraison des commandes à votre domicile ---> Plus d'informations

TOUT SAVOIR SUR L'ACTUALITÉ PHOTO ET VIDÉO

L’incontournable ATOMOS Ninja V
ATOMOS Ninja V

Apparu et primé au NAB 2018, l'ATOMOS Ninja V, le petit frère des moniteurs/enregistreurs d’Atomos a su rapidement faire sa place sur de très nombreux rigs. Doté d’un écran tactile lumineux, ce moniteur très léger et compact aux caractéristiques avant-gardistes réussit à débrider petit à petit (presque) toutes les caméras, DSLR et hybrides du marché.

Nous vous proposons un petit tour d’horizon des proies de l'ATOMOS Ninja V.

 

Allez, tous avec moi : on compresse, on décompresse.

Pour bien comprendre les atouts de l'ATOMOS Ninja V, faisons un court rappel lexical concernant les CODECs (format de COmpression/DECompression) car c’est bien sur ce terrain que le ATOMOS Ninja V est venu s’imposer.

Tout d’abords, la profondeur de couleur : 8 bits = 16 millions de couleurs, 10 bits = 1 milliard de couleurs et 12 bits = + de 68 milliards de couleurs.

Vient ensuite le sous-échantillonnage de chrominance (le terme est très barbare, j’en conviens !) qui est une forme de compression utilisée pour réduire la quantité de données nécessaires pour stocker le signal. On retrouvera cette compression notamment dans les codecs Apple Prores avec le 4:4:4, 4:2:2 et 4:2:0. Le premier chiffre correspond à la présence de la luminance. Nos yeux étant moins sensibles aux variations de couleur qu’aux variations de luminance, cette dernière est donc pleinement présente dans chaque format de compression avec la valeur maximale 4. Les 2 autres chiffres correspondent à la présence des couleurs primaires RVB, ainsi le format 4:4:4 contiendra toutes les informations de couleur, pour le 4:2:2, 1 pixel sur 2 aura les informations de couleur et celles-ci seront dupliquées sur le pixel voisin. Enfin en 4:2:0, on se retrouve dans la formule d’1 pixel sur 4. La perte d’information sur les couleurs est un compromis entre la taille et la qualité, ce qui sera particulièrement visible dans la phase d’étalonnage des couleurs.

Ainsi, d’un côté, nous avons les codecs qui sont dérivés du Mpeg 4 (H264, H265, XAVC…) et intégrés dans la plupart des boîtiers DSLR et hybrides Canon, Panasonic, Nikon, Sony… De l’autre nous avons les codecs issus du monde de la post-production (Apple ProRes, DNX…).

Pour finir ce rappel, abordons les formats bruts appelés « RAW ». Ces formats Raw sont généralement utilisés par les productions professionnelles, le cinéma… Les fichiers Raw sont lourds puisque ce sont les données brutes du capteur qui sont enregistrées et qui permettent ainsi d’avoir de plus grandes possibilités de corrections à l’étalonnage et plus de souplesse pour les post-productions exigeantes. Sont apparus récemment des formats Raw compressés, tels de l’Apple Prores Raw, le Blackmagic Raw, qui apportent un niveau d’information et une souplesse d’utilisation très proche du Raw avec un poids de fichier grandement allégé.

 

Le Ninja V, ou comment transformer votre hybride en véritable caméra professionnelle.

Revenons à notre mercenaire : le Ninja V. Il s’est donc positionné en embuscade sur la sortie HDMI des boîtiers en utilisant ce signal, qui est dans la plupart des cas supérieur, soit en qualité, soit en performance, au traitement interne des boîtiers.
Prenons l’exemple du Fuji X-T3, via son port HDMI, le Ninja V ainsi connecté pourra enregistrer sur son SSD des vidéos sans limite de durée (l’enregistrement interne du X-T3, comme sur beaucoup de boîtiers, est limité à 30mn) dans un format Apple Prores 4:2:2 10 bits jusqu’à 60 i/s en 4K DCI, du slow motion en haute qualité !
Atomos a souhaité aller encore plus loin en proposant des partenariats avec les constructeurs et ainsi booster les signaux des ports HDMI. Le premier d’entre eux fut réalisé avec Nikon et ses fameux Z6 et Z7 qui se voient profiter, grâce au Ninja V, du format Apple Prores Raw en 4K UHD 12 bits jusqu’à 30 i/s sans limite de durée, le tout sur la base d’un capteur plein format.

Il en va désormais de même avec le Panasonic G100 ou le Sigma FP qui couplés au Ninja V pourront produire des vidéos plein format en Apple Prores Raw 4K DCI 12 bits jusqu’à 30 i/s et jusqu’à 60 i/s dans les mêmes conditions pour le Sony Alpha 7S III.

Autre coup de force récent d’Atomos, le Ninja V, au delà de faire profiter du format Prores Raw à la caméra Z CAM E2, en a pris totalement le contrôle avec son écran tactile.
Enfin et non des moindres, le Ninja V chevauchant le Panasonic S1H lui proposera des vidéo en 5.9K Prores Raw en 30 i/s en mode plein format et en 4k 60 i/s en mode « crop Super 35 ». Panasonic et Atomos annonce le même sort pour le jeune S5 avant la fin de l’année. Les mises à jour vont bon train, affaire à suivre !

En résumé voici quelques exemples de boîtiers qui profitent pleinement du format 4K 4:2:2 60 i/s grâce au Ninja V : Fuji X-T3, Fuji X-T4, Nikon D850, Panasonic GH5 et GH5S… Et ceux qui bénéficient du Prores Raw et plus : Panasonic G100, Nikon Z6 & Z7, Panasonic S5, S1H et EVA1, Sigma FP, Sony A7S III, Z CAM E2… Listes non exhaustives.

 

 

Dernière mise à jour le 08/05/2021  (Stéphane Leclercq)

Réagissez !

Votre email ne sera pas visible

Commentaires

Il n'y a pas eu de réaction sur cet article. Soyez le premier à réagir !

Top